La journée philosophie à François premier : retour sur une ouverture pas comme les autres…

Le vendredi 8 février dernier s’est tenue la 15ème édition de la journée philosophie du lycée François 1er. Durant cette journée de nombreuses conférences et activités se sont déroulées dans l’ancienne bibliothèque mythique du lycée François 1er. Retour sur l’ouverture de cette journée philosophique sur le thème du rire. 

Après de vifs remerciements de la Proviseur de l’établissement ainsi que de Monsieur Guilliomet, le professeur de philosophie organisateur, une interprétation de danse originale nous plongea dans l’atmosphère de la journée. Cette présentation de la troupe de danse du lycée fût courte. Néanmoins, elle mit en évidence toute l’ambiguïté du rire, l’idée centrale de la conférence de Mr Guilliomet, à travers des jeux de rire. 

Tout au long de l’heure, Monsieur Guilliomet nous a détaillé différents aspects et thèses autour du rire. J’ai, entre autres, retenu la présentation d’un célèbre artiste chinois, nommé Yue Minju qui sculpte des personnages en plein fou rire, laissant paraître les spasmes et convulsions caractéristiques de ce dernier. Le professeur a par ailleurs associé le rire à une sorte d’aliénation mentale mais également physique. 

Suite à cela, Monsieur Guilliomet a varié l’angle de réflexion. Par le fait, il nous a interrogé sur l’aspect moral du rire… Rit-on par peur, nervosité, anxiété ou par moquerie cruelle? Baudelaire, quant à lui, a un avis bien tranché. Rire est synonyme de moquerie ainsi que de cruauté. À travers son œuvre De l’essence du rire : et généralement du comique dans les arts plastiques, Baudelaire distingue la joie du rire. Se présente alors à nous un paradoxe. En effet, l’opinion courante associe, elle, la joie au rire. L’auteur des Fleurs du mal le distingue car il considère le rire bien plus complexe.

Finalement, le rire serait-il une activité sérieuse? La question mérite d’être posée. Comme nous l’a rappelé notre intervenant, le rire peut vite paraître vulgaire. Nous pouvons penser aux rires enregistrés des sitcom (Friends, Malcolm…). Au demeurant, une personne sérieuse ne rit pas. Dans la même idée, le rire a déjà fait l’objet de condamnations au cours de l’histoire.

La réflexion autour de ce sujet est loin d’être close et nous sommes loin d’en avoir abordé tout les aspects ainsi que toutes les thèses… Néanmoins, nous finirons sur celle de Rabelais qui écrit « le rire est le propre de l’homme»

Pinheiro Mégane